Abolition de la peine de mort

Abolition de la peine de mort

Les enfants sont définis par la Définition universelle de l’annuaire des enfants (UCRB) comme des jeunes de moins de 18 ans. Biologiquement, un enfant est en fait un être humain entre les premiers stades de l’enfance et de l’adolescence, ou entre les premiers stades de développement de la petite enfance et de l’adolescence. La signification juridique de l’enfant dans de nombreux pays fait généralement référence à une personne plus jeune que l’âge minimum du consentement, autrement appelé l’âge minimum légal de l’âge adulte. Dans d’autres régions du monde, cependant, l’enfant peut désigner des enfants de moins de cinq ans ou des enfants incapables de prendre des décisions responsables pour eux-mêmes.

Enfants

Enfants

En vertu de l’UCRB, les enfants sont victimes d’abus ou de négligence physiques, mentaux, sociaux et économiques de la part des parents, des tuteurs légaux ou de toute autre personne qui a la responsabilité de s’occuper d’eux. À ce titre, la Déclaration universelle des droits de l’homme couvre tous les enfants du monde entier, quels que soient leur âge, leur sexe, leur culture ou leur pays d’origine. Certaines lois nationales régissent le travail des enfants dans des pays spécifiques, tandis que dans d’autres pays, le travail des enfants n’est pas interdit.

 

Pour définir ce qu’est un enfant, il faut également reconnaître et s’entendre sur les différentes définitions du terme «enfant». En vertu du droit international des droits de l’homme, un enfant est une personne qui n’est pas encore capable de prendre des décisions par elle-même et qui n’a pas atteint l’âge de le faire. C’est un être cher qui dépend de ses parents ou tuteurs pour son soutien moral et matériel. Les enfants sont innocents, passifs, pauvres et vulnérables et sont incapables d’exercer une autonomie ou une prise de décision indépendante. Les parents ou tuteurs sont tenus de prendre soin de leurs enfants en leur fournissant de la nourriture, des vêtements, une éducation, des soins de santé, un soutien émotionnel et une aide dans les activités quotidiennes. Lorsque les parents négligent les besoins fondamentaux de leurs enfants, ils pourraient être responsables des abus financiers, physiques ou verbaux, de la négligence et de la violence physique, selon l’Organisation internationale du travail.

Enfants

Enfants

Chaque enfant a le droit d’exprimer ses opinions et de contrôler les décisions qu’il prend dans sa vie. Les parents ont le devoir de fournir l’éducation morale et les conseils nécessaires à leurs enfants. Lorsque les parents manquent à ces devoirs, ils sont responsables de prendre les dispositions appropriées pour le bien-être des enfants. L’intérêt supérieur de l’enfant ou des enfants exige que les parents fournissent une éducation, un abri, des soins de santé et une protection adéquats.

 

La plupart des pays en développement connaissent des pratiques généralisées de travail des enfants, en particulier dans les zones rurales. Malgré la disposition de lois pour protéger les enfants, de nombreux pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine autorisent la prostitution des enfants, le travail des enfants et la traite des esclaves. Dans le monde développé, la pauvreté est encore généralisée et l’offre insuffisante d’emplois et de revenus. Ainsi, les gens sont obligés de profiter de leurs jeunes et pauvres camarades.

Enfants

Enfants

Le mouvement international des droits de l’homme lutte contre ce problème social sur différents fronts. L’intérêt supérieur de l’enfant peut être protégé lorsque les gouvernements veillent à ce que tous les enfants jouissent à la fois de droits sociaux et économiques. Le droit de chaque individu de travailler, d’étudier et de survivre de manière indépendante doit être respecté. Les adolescents ne devraient pas être contraints au mariage précoce, au travail des enfants et à la prostitution précoce. Tous les enfants ont un droit égal à l’éducation et à la santé physique.

enfants

enfants

La Déclaration universelle des droits de l’homme des États-Unis et le Pacte international sur l’élimination de la propriété illicite des sociétés fournissent des principes directeurs suffisants pour la protection des enfants. La Déclaration universelle et l’interdiction des normes minimales de mesures du CIEM fournissent des orientations pour la protection des enfants contre les activités familiales d’exploitation et l’emploi d’enfants dans des environnements dangereux. Mais les accords susmentionnés ne s’appliquent que dans la mesure des actions volontaires des parties aux accords. Ils ne couvrent pas les cas où l’omission d’agir ou de ne pas prévenir aurait été illégale. Par exemple, si les parents d’une fillette de 6 ans n’étaient pas responsables de son évasion d’un père violent, le père ne pouvait pas être tenu coupable d’esclavage (le transfert involontaire de ses droits légaux de propriété à un esclave) même si il aurait pu ne pas mettre sa fille en sécurité pendant la période où il la gardait captive. De même, le fait qu’un parent ne protège pas son enfant de la violence d’une autre personne ne devient pas un crime passible de poursuites si l’acte n’a pas causé de préjudice physique grave à la victime.

Enfants

Enfants

La Déclaration des droits de l’enfant des Nations Unies offre une bonne plateforme pour ceux qui sont déterminés à éliminer la souffrance des enfants. Au centre se trouvent la Déclaration universelle des droits de l’homme des États-Unis et le Pacte international sur l’élimination de la peine de mort. Les rédacteurs de ces documents espéraient garantir que les enfants ne seront pas soumis à des châtiments inutilement durs et cruels. De plus, ils voulaient que les enfants fassent des choix concernant leur propre vie. Et ils voulaient que les enfants puissent se protéger eux-mêmes et protéger les autres contre les actes de violence.

Add Comment